Pas à pas sur le chemin de la liberté spirituelle
et du développement personnel
Facebook
Google plus
Chaine Youtube

La puissance des 4 Accords Toltèques de Miguel RUIZ

Les 4 Accords Toltèques

J’ai décidé de consacrer le premier article de mon Blog au livre qui a changé ma vie et à partir duquel mon chemin vers la spiritualité a débuté, à savoir « les 4 accords toltèques » de Don Miguel Ruiz.

Ce livre, c’est mon ancienne collègue qui me l’a prêté alors que nous nous rendions à une convention à Paris. Alors du fond du cœur, merci Geneviève :)

Ce que je vous propose aujourd’hui c’est un résumé des 4 principes toltèques et la signification que je m’en suis faite. Je vous invite fortement à acquérir ce livre, qui pour le coup, est disponibles dans l’onglet mes lectures pour vous faciliter la recherche. Vendu à plus de 4 millions d’exemplaires, c’est à coup sur un très bon investissement et une lecture très enrichissante.

Et pour ceux qui n’aimeraient son contenu, il n’est pas trop long :)

 

Résumé :

L’auteur, propose de passer avec soi quatre accords visant à briser nos croyances limitatives. Ces dernières, que nous développons depuis l’enfance, distordent la réalité et nous maintiennent dans la souffrance. À force de conditionnements culturels et éducatifs issus du fameux « Grand Livre de la Vie » (sur ce qui est juste ou faux, bon ou mauvais, beau ou laid) et de projections personnelles (« Je dois être gentil », « Je dois réussir », « Je dois gagner de l’argent »…), nous avons intégré une image fausse de nous-mêmes et de l’humanité toute entière.


 

Les 4 accords en question :

 

Que votre parole soit impeccable

Parlez avec intégrité. Ne dites que ce que vous pensez vraiment. Evitez d’utiliser la parole pour vous exprimer contre vous-même ou pour médire d’autrui. Utilisez la puissance de la parole dans le sens de la vérité et de l’amour.

 

Nos mots ont une puissance dont nous ne nous rendons par forcément compte. Si certains peuvent anéantir une personne, d’autres peuvent au contraire la relever.

Nous sommes nombreux à nous souvenir de certains mots blessants de notre entourage lorsque nous étions jeunes. Ces derniers sont un poison émotionnel puissant et persistant, puisqu’ils peuvent dans certains cas conditionner notre perception de qui nous pensons être et nous aveugler sur nos réelles capacités dans la vie.

L’auteur prend l’exemple d’une mère expliquant à sa fille qu’elle lui casse les oreilles lorsqu’elle chante le soir. La vérité est que la mère est fatiguée de sa journée de travail et donc à fleur de peau. Et alors que sa fille à une voix parfaitement agréable, elle va être conditionnée à penser le contraire dès son plus jeune âge et ce comportement involontaire développera certainement des complexes de prise de parole en public lorsqu’elle sera plus âgée.

Je ne pense pas de Miguel Ruiz ai cherché  à mettre cette pauvre mère sur le banc des accusés, mais simplement à nous montrer que nos paroles ont un impact puissant sur notre entourage.

Ainsi, pour limiter nos pollutions verbales négatives, nous pouvons dans premier temps apprendre à ne pas parler trop vite et à bien choisir les termes employés.

Le travail commence d’abord par nous-même et par la suppression de tout jugement que nous nous faisons sur nous-même.

La prise de conscience de ce pouvoir que nous détenons sans forcément le savoir est primordiale à notre évolution, puisqu’elle instaure la paix et la justesse autours de nous.


N’en faites jamais une affaire personnelle

Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles.

 

Les paroles et les actes de l’autre ne nous concernent pas. Que nous puissions êtres critiqués ou encensés, il ne s’agit que d’une image que l’on se fait de nous, à travers les nombreux filtres des expériences de la vie et de l’éducation.

Selon Miguel Ruiz, nous devons également sortir de l’égocentrisme qui nous fait croire que tout ce qui arrive autour de nous est une conséquence de notre attitude. Le « moi je » nous maintient dans l’illusion. Donc dans la souffrance.

J’ajouterais qu’il n’est pas rare que certaines choses qui nous arrivent le sont pour faire évoluer d’autres personnes que nous-mêmes, car nous jouons régulièrement un rôle dans le développement des autres. Il s’agit la du thème d’ « agent karmique » que nous développerons dans un article prochain.

Prendre pour soi les paroles d’un tiers est comme faire sienne une problématique pour laquelle on ne peut rien et qui ne nous appartient pas. Ce comportement déclenche inévitablement de la peur, de la colère ou de la tristesse. Pour sortir de ce comportement, et ainsi appliquer le deuxième accord, il suffit de laisser à l’autre la responsabilité de sa parole ou de ses actes.

Pour faire simple, si quelqu’un ne vous aime pas, cela le regarde lui, pas vous. Et même si c’est plus agréable, l’inverse est valable également. En fait, quoi qu’il puisse être dit à votre sujet, en positif ou en négatif, ne vous regarde. Il ne s’agira que d’une vision externe biaisé par des accords différents des votres.


Ne faites aucune supposition

Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.

 

Ce troisième accord est pour moi le plus importants. En effet, il est amusant de voir à quel point nous élaborons des suppositions tous les jours et à n’importe quel sujet. Le pire la dedans c’est que nous finissons par y croire et que nous adaptons notre comportement à partir de quelque chose de vaporeux et de non réel.

Un exemple : votre petit ami ne décroche pas son téléphone tout de suite, et vous vous imaginez qu’il vous trompe. Le soir, alors qu’il est tombé en panne sur le chemin du retour, vous lui faites une scène de ménage alors que le pauvre est tout heureux de rentrer chez lui et de vous voir…

Selon Miguel Ruiz, la supposition est un « poison émotionnel ». Pour s’en libérer, il propose d’apprendre à mettre les choses à plat en exprimant ses doutes. Pour se faire, il suffit de poser des questions et ainsi instaurer un dialogue, en apprenant à exprimer ses doutes mais aussi à écouter.

Les suppositions ne sont que des créations de notre pensée. Dès lors qu’une hypothèse devient une croyance (« Il me trompe »), nous élaborons un comportement de pression (« Je le déteste, je vais le quitter » ou « Je dois le convaincre de m’aimer à nouveau »), source d’angoisse et de stress.


Faites toujours de votre mieux

Votre “mieux” change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger.

 

La société moderne nous pousse à adopter le comportement du « toujours plus ». Toujours plus de travail, toujours plus de responsabilité, toujours plus d’argent, toujours plus vite… en un mot, toujours plus de souffrance :)

La petite voix intérieure que nous avons tous s’occupe dès lors de nous rappeler que nous ne correspondons pas aux critères haut de gamme du « Grand Livre de la Vie ». Ce qu’il faut arriver à comprendre, c’est que certains jours, le simple fait de se lever de son lit, se faire à manger et prendre une douche peut être le maximum que notre corps et notre esprit peuvent supporter.

J’ai spécialement choisi un exemple extrême pour illustré mes propos, mais nous sommes comme poussés à être à chaque instant actifs pour rester dans la normalité de notre société…

L’homme a besoin de repos, tout comme d’occupations d’ailleurs. Mais on a trop tendance à confondre repos et fainéantise aujourd’hui.


Pour finir, faire vôtres ces accords changera votre façon d’appréhender la vie mais aura aussi une répercussion sur votre entourage.

Comme le disait Gandhi, nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde. Changer sa perception de son existence  et se détacher petit à petit de la souffrance sera donc autant profitable à vous qu’à l’humanité tout entière !

A vous de jouer :)

 

Partager sur   Partager sur Facebook     Partager sur Twitter    
article publié le 21-04-2014 par Stéphane KISTER
Catégorie : Livres
Commentaires
  Stéphanie  /  24-04-2014
Très bon livre...j'essaie de suivre ces accords au quotidien mais ce n'est pas toujours facile...
  Stéphane KISTER  /  25-12-2014
Cela provient avant tout des mémoires que nous avons en nous. Mais le fait d'en prendre conscience et d'y travailler tous les jours fait que cela devient de plus en plus simple. Merci pour ton commentaire :)
Nom
 
Adresse e-mail
(ne sera pas publié)
 
Site Internet
(facultatif)
 
Votre message
 
Code de vérification
Captcha Recharger l'image
Recopiez le code ci-dessus
 
 

 


La puissance des 4 Accords Toltèques de Miguel RUIZ
Cette actualité a été lue 4678 fois
Derniers commentaires
Commentaire de Agnès Slacik-Martin, sté Phytozen Cévennes
merci Sarah ! j'ai eu une maladie auto immune...
Commentaire de Stéphane KISTER
Cela provient avant tout des mémoires que nous...
Commentaire de iIE8AmcCQDr
Great post with lots of impaotrnt stuff.
...
Mentions légales Création Atiweb ...
8 actualités sur le blog
6 commentaires de visiteurs